La campagne d’intimidation contre Taner Akçam

Publié le par Comité de soutien

 

L’historien et sociologue Taner Akçam de l’Université du Minnesota, qui fait autorité dans le monde entier sur le génocide des Arméniens de 1915, est actuellement la cible d’une campagne d’intimidation le présentant comme terroriste et traître à son pays natal, la Turquie.

Ecrivain et enseignant-chercheur éminent, spécialiste du nationalisme turc, du génocide arménien et du dialogue arméno-turc, le Professeur Akçam s’est établi aux USA en 2001, l’année où ses ouvrages ont commencé à paraître en anglais et où, en réaction, la campagne contre lui a été lancée.

Dans un commentaire à sensation publié par la Assembly of Turkish American Associations, dont le siège est à Washington, Akçam se voyait dénoncé comme l’organisateur d’actes terroristes, dont les assassinats de militaires américains ou appartenant à l’OTAN.

Propagées sur le Web par le Turkish Forum, fort de ses 19 000 membres, et mises en ligne depuis 2004 par le site négationniste influent Tall Armenian Tale, ces allégations allaient bientôt se retrouver copiées sur plus de 10 0000 pages Web, y compris celles des comptes rendus de lecture des livres d’Akçam sur Amazon et de sa biographie dans Wikipedia, vandalisée en permanence. Il a commencé à recevoir des menaces de mort après que le Turkish Forum a rendu publique son adresse e-mail pour que les lecteurs puissent « envoyer des salutations à ce traître. »
 
La campagne s’est intensifiée à la suite de la publication, en novembre 2006, d’une étude qui a reçu d’excellentes critiques, Un Acte honteux : le Génocide arménien et la question de la responsabilité turque. Les conférences de Taner Akçam et sa tournée de signatures ont été violemment perturbées, et les universités qui l’avaient invité ont reçu des lettres d’injures anonymes.

Il reçoit des menaces de mort, a été physiquement agressé et ne peut plus effectuer de tournées de conférences sans protection. Il a même dû renoncer à participer à un colloque à Berlin. Il est révélateur que la perturbation programmée d’une conférence à la Yeshiva University ait été annulée après appel des organisateurs au Consulat de Turquie à New York. En février 2007, alors qu’il se rendait à la faculté de Droit de l’Université McGill, Akçam a été retenu pendant presque 4 heures à l’aéroport de Montréal, pour suspicion de terrorisme. En guise de preuve, on lui a montré  sa biographie falsifiée dans Wikipedia.

 
  Juste un mois avant l’incident de Montréal, l’assassinat du journaliste arméno-turc Hrant Dink, ami et collègue d’Akçam, avait mis les intellectuels de Turquie en état d’alerte : ils savaient que durant les mois qui avaient précédé le meurtre, Dink était devenu la cible d’une campagne médiatique de plus en plus virulente qui le décrivait comme traître. A la tête de la meute, on trouvait Hürryiet, l’un des journaux les plus lus en Turquie.

En mai 2007, évoquant les risques accrus pour sa vie, Akçam démasquait le mystérieux Webmaster de Tall Armenian Tale, à savoir l’illustrateur turco-américain Murad « Holdwater » Gümen, de New York. Des menaces de mort et des dénonciations s’ensuivaient. Hurriyet décrivait Akçam sous les traits d’un traître doublé d’un lâche qui « vomit sa haine envers son pays. » Il n’y a eu aucune tentative de l’interviewer, et son courrier à la rédaction est restée lettre morte.

« Une fois de plus, les intellectuels et les militants qui osent mettre en question l’  ‘histoire officielle’ du gouvernement reçoivent des avertissements », a déclaré Akçam le 16 juillet. « Cette campagne honteuse ne met pas seulement en danger ma vie et celle de ma famille et de mes amis. L’ironie est que la notion même de liberté d’expression est sapée précisément par l’institution qui en a le plus besoin, à savoir la presse publique. »

« Et après tout, de quoi donc s’agit-il ? » a-t-il poursuivi. « J’ai publié un ouvrage savant qui s’écartait de la position officielle de l’Etat turc. Il faudrait demander aux autorités turques si elles croient vraiment que tirer sur le messager prouvera que leur position sur 1915 est la bonne. »
 
17 juillet 2007
(texte original « The Indimidation campain against Taner Akçam » approuvé par Taner Akçam )
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article